Présentation Collections Animation Informations Accès Liens

 

Collections

 


 

 

la "Pierre de Maule"

 (pour agrandir l'image, cliquez dessus)

 

Ensemble de bronze gallo-romain

 

 

 

Pièta

 

LES COLLECTIONS

L'originalité des collections - toutes époques confondues - est constituée par le fait qu'elles proviennent toutes de Maule, notamment, et de sa région.

La majorité de ces collections est le produit de patientes recherches faites par le fondateur du musée, Victor Aubert. Toutefois ces dernières années, elles ont été augmentées de découvertes et de dons provenant de chercheurs, de collectionneurs et de familles mauloises. Pour n'en citer que quelques-unes, remercions les familles Vincent, Lefèbvre, Camard, Dannebey, Croiset, Chevalier, Fasol, Boucher, Robin, Delaporte, Dufays... et Philippe Simon.

 

LEUR PRESENTATION

 
 
  • Premier étage:

Cette zone est consacrée à la paléontologie, à la préhistoire, à l'époque gallo-romaine et au Haut Moyen Age. On peut y admirer de nombreux fossiles, des dents de mammouth, des débris de palmier fossilisé, d'autres végétaux...Mais l'élément principal de ces collections est la fameuse "pierre de Maule". Il s'agit d'une pierre alvéolée d'époque gallo-romaine, mystérieuse, vraisemblablement liée à un ancien culte gaulois.


 


  • Rez-de-Chaussée:

Diverses pierres sculptées, fragments de statues provenant de l'église Saint-Nicolas, du prieuré et de la chapelle Saint-Jacques y sont rassemblées.

C'est ici que sont exposées les collections d'arts et traditions populaires qui témoignent de ce qu'était la vie dans nos campagnes il y a peu de temps encore : cannes de la fameuse usine de Maule, instruments de musique, bonnets, anciens vêtements et objets familiers replacés dans leur cadre familier, divers outils et chefs d'oeuvre de compagnonnage...

Enfin, il ne faut pas oublier le bâtiment lui-même, une charpente du XV°s. et, en sous-sol, une salle voûtée du XIII°s.

 

L' OBJET DU MOIS

L'équipe de bénévoles qui œuvre pour promouvoir le musée Victor Aubert de Maule, effectue un travail qui ne se voit pas forcément lorsque vous le visitez : l'inventaire de l'ensemble des collections, les recherches documentaires, les rencontres et travaux avec des chercheurs et archéologues …
L'ensemble de ces tâches nous permet de mieux connaitre les objets, leur histoire propre et ainsi de pouvoir vous les présenter lors des expositions que nous réalisons. Tout ceci participe à une meilleure connaissance archéologique et historique de Maule et de ses environs, connaissance que nous partageons avec vous.
Nous veillons également à enrichir les collections en acceptant des dons ou des dépôts, ceci en relation avec le Service des musées du Ministère de la Culture. Nous remercions encore les personnes attentives qui contribuent ainsi à enrichir le patrimoine commun.

Cette année, avec l’aide Philippe Simon, nous étudions plus précisément des silex datant de la période paléolithique (période de la pierre taillée) issus de prospections et de fouilles archéologiques effectuées à Maule et dans des villages proches. Nous avons reçu au musée des chercheurs de l'équipe d'Ethnologie préhistorique du CNRS intéressés par plusieurs de ces sites. Ils nous ont apporté leur aide pour l'identification de ce type d’outils en silex utilisés par l'Homo Erectus au paléolithique inférieur (de -2.5 millions d'années à – 40.000) et par les Néandertaliens au paléolithique moyen (de -200 000ans à - 40 000). Dans notre région, la présence de l’homme remonte à 400 000 ans.

Par ces recherches, nous enrichissons la base de données et les informations géographiques de la carte archéologique de la vallée de la Seine et de l'Ile-de-France, conséquence de l’intérêt des collections du musée.

 

Lampe à huile gallo-romaine

Lampe à huile gallo-romaine trouvée au boulevard des Fossé en 1889.

Les lampes à huile gallo-romaines étaient le plus souvent en terre cuite et comportaient un élément de décoration. Sur celle-ci, on peut distinguer le personnage d’Hercule.

Elle comportait un réservoir, un trou facilitant le remplissage et un bec dans lequel se trouvait une mèche en matière végétale. On utilisait l’huile de noix ou de lin que l’on devait remplacer toutes les deux heures.